Cancer : causes et conseils de prévention

La transformation d’une cellule normale en une cellule cancéreuse est un processus long et complexe. Différents facteurs interviennent pour engendrer des mutations dans les gènes. Une grande part de ces causes n’est pas encore identifiée de façon certaine.

Certaines mutations peuvent être liées aux hasards des multiplications successives de nos cellules ou à une prédisposition génétique à certains cancers, c’est-à-dire à des facteurs internes.

Toutefois, les mutations conduisant au développement d’un cancer sont souvent provoquées ou favorisées par des agressions externes, provenant de notre environnement, de notre lieu de travail ou de nos habitudes et conditions de vie. Ces facteurs externes interviennent en proportion très variable pour chaque type de cancer. Ils ont d’autant plus d’impact lorsque leurs attaques se répètent sur une longue période, parfois celle de toute une vie.

De plus, des facteurs qui ont peu d’influence lorsqu’ils sont isolés peuvent avoir un effet important s’ils sont conjugués à d’autres facteurs. C’est ce qu’on appelle la potentialisation des risques de cancer. En effet, c’est souvent l’interaction de plusieurs causes combinées qui provoque la survenue d’un cancer. Cela s’explique par le fait que ces facteurs peuvent agir de différentes manières : certains initient le processus en provoquant des mutations dans les gènes des cellules, d’autres favorisent le développement d’un cancer en stimulant la prolifération des cellules endommagées.

LES LIMITES DE LA PRÉVENTION

Même un mode de vie conforme à toutes les recommandations de santé ne constitue pas une « assurance tous risques » contre les cancers. D’abord, parce qu’on ne peut pas maîtriser tous les facteurs qui jouent un rôle dans la survenue de cancers. Ensuite, parce qu’en l’état actuel des connaissances, une grande part des causes de cancers n’est pas identifiée de façon certaine : dans beaucoup de cas, on suppose l’existence de certains facteurs, sans pour autant l’avoir clairement démontrée. Les chercheurs travaillent aussi à comprendre les mécanismes de potentialisation des risques.

Aujourd’hui, il est possible de limiter la survenue des cancers du poumon ou des cancers de la peau, par exemple, parce qu’on en connaît la cause principale– respectivement le tabac et le soleil – et que l’on peut agir dessus en modifiant ses habitudes. Mais pour d’autres cancers, dont certaines causes – comme l’âge ou l’hérédité – peuvent difficilement être influencées par un changement de comportements, la prévention n’est pas réellement possible à ce jour. C’est le cas, par exemple, du cancer du sein, pour lequel le dépistage précoce demeure le moyen d’agir le plus efficace.

Prévenir le cancer, c’est vous donner le plus de chances possibles de limiter votre risque personnel d’en être atteint. Vous ne pouvez pas maîtriser tous les facteurs susceptibles de provoquer un cancer – le « risque zéro » n’existe pas, même avec un mode de vie conforme à toutes les recommandations – mais vous pouvez agir sur certains d’entre eux en préservant votre santé au quotidien.

Les quatre principaux facteurs de risque de cancer sont, dans l’ordre, le tabac, l’alcool, une alimentation déséquilibrée, un manque d’activité physique.

NE PAS FUMER

Le tabac arrive en tête de tous les facteurs de risque de cancers et constitue la première cause de mortalité évitable : le nombre annuel de décès liés au tabac en France est estimé à 78 000, dont 47 000 décès par cancer.

L’arrêt du tabac est toujours bénéfique pour la santé, quelle que soit la quantité consommée et la durée de consommation. Plus on s’arrête tôt, plus vite l’on diminue son risque de cancer, en particulier du poumon.

EVITER L’ALCOOL

L’alcool est classé cancérigène certain (niveau 1) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). En consommer augmente fortement le risque de développer certains cancers, en particulier des voies aérodigestives.

Pour réduire efficacement ce risque, il est recommandé de limiter non seulement la quantité d’alcool bue à chaque occasion de consommation, mais aussi la fréquence de ces occasions. Il faut 10 ans d’arrêt de la consommation d’alcool pour voir ce risque diminuer. Après 20 ans, il ne diffère plus significativement de celui des personnes qui n’ont jamais bu.

MANGER MIEUX

Prévenir le risque de certains cancers passe aussi par l’alimentation.

Il est recommandé de limiter :

  • la viande rouge (moins de 500 g par semaine) ;
  • les charcuteries ;
  • le sel : le sel de table, le sel de cuisson et les aliments conservés par salaison favorisent le cancer de l’estomac ;

D’autres comportements ont un effet protecteur contre les cancers :

  • préférer les aliments à faible densité énergétique, comme les fruits et les légumes, aux aliments trop riches en graisses, en sucre et/ou en sel ;
  • consommer au moins cinq fruits et légumes par jour, soit 400 g ;
  • privilégier les aliments complets, qui sont riches en fibres (riz, pâtes, céréales…).

BOUGER PLUS

La pratique quotidienne d’une activité physique permet de diminuer le risque de développer de nombreuses maladies chroniques, notamment les cancers. C’est aussi un moyen de limiter la prise de poids, autre facteur de risque de cancer.

Toute activité physique (monter des escaliers, marcher, faire du vélo, nager…) durant au moins 30 minutes par jour permet de se maintenir en forme et de diminuer le risque de plusieurs cancers.

SE PROTÉGER DES RAYONS UV

Pour toute activité en extérieur (de loisirs, sportive ou professionnelle), il convient d’adopter les bons réflexes :

  • éviter de s’exposer au soleil entre 11h et 16h ;
  • rechercher l’ombre ;
  • sortir couvert : vêtements, chapeau, lunettes ;
  • renouveler fréquemment l’application de crème solaire haute protection anti-UVA et UVB ;
  • surveiller sa peau.

Les UV artificiels (bancs de bronzage) aussi sont dangereux pour la peau : leur usage est déconseillé, et interdit avant 18 ans.

Tous ces conseils de prévention sont également bénéfiques contre d’autres maladies chroniques (affections cardiovasculaires, diabète…). Ils vous permettront aussi d’améliorer votre qualité de vie.

Pour vous aider à vous préserver des facteurs de risque de cancers, vous pouvez également bénéficier de mesures de prévention visant à limiter les expositions liées à votre environnement, que ce soit chez vous, dehors ou dans le cadre de votre travail.

kinkeleeba